Le katana, sabre traditionnel japonais

 

 

 

 

LE KATANA

Source Wikipédia, adaptée

 

Le katana est un sabre japonais ('nihonto'). C'est une arme blanche courbe à un seul tranchant, de plus de 60 cm. Il est l'arme du samouraï, et ce dernier était le seul à avoir le droit de le porter. Il se porte glissé dans la ceinture ('obi') du côté gauche du corps, tranchant dirigé vers le haut, au contraire du 'tachi', l'épée de cavalerie portée tranchant vers le bas. Il est généralement associé à un sabre plus petit, le Wakizashi, porté à la ceinture du même côté, et l'ensemble des deux sabres est appelé 'daisho'.

Le katana est une arme de guerre utilisée pour la taille (tranchant) et l'estoc (pointe), mais depuis la période Edo il a pris un caractère ornemental et symbolique. Son utilisation a également évolué en combat. Le Iaido est l'art de l'utilisation rapide et décisive et de la coupe, différente des longs échanges de 'ferraillage' des champs de bataille.

Le katana a une taille (une longueur de lame) supérieure à deux 'shakus' (unité de mesure japonaise de 30,2 cm) soit plus de 60 cm, mais cette longueur peut varier légèrement selon les périodes et les techniques ainsi que la taille de l'utilisateur. Il se manie généralement à deux mains, mais certaines techniques, comme la technique à deux sabres de Musashi Miyamoto, ou des techniques impliquant l'utilisation du fourreau, supposent le maniement à une main. Sa poignée ('tsuka'), a pu varier entre la largeur de deux ou trois mains. La 'tsuka' commence par une garde ('tsuba') qui protège la main, et se termine par une extrémité utilisée pour porter des coups ('tsuka-gashira' ou 'kashira'). Le poids d'un katana standard varie de 800 grammes à 1 300 grammes.

 

Terminée en biseau, la lame du katana est traditionnellement forgée à partir d'un acier brut transformé en acier composite. Dur pour l'enveloppe, et plus mou pour le noyau. Ils sont chacun feuilletés de nombreuses fois, puis intimement soudés l'un à l'autre à la forge. Ensuite, en recouvrant d'un mélange d'argile isolant le dos et les flancs, la lame subit une trempe sélective, qui conférera à l'arme les qualités combinées de dureté extrême du tranchant, ainsi que de résistance aux chocs pour l'ensemble.

L'étape suivante est le polissage, effectué à l'aide de pierres volcaniques à grain décroissant, qui affûte la lame en révélant les structures cristallines.

La lame ainsi que la poignée comportent plusieurs parties qui ont chacune leur nom; ceci marque l'importance que la culture japonaise accorde au sabre.

 

 

Les diverses parties détaillées, en japonais, d'un katana :

 

  • Habaki : pièce métallique située à la base de la lame; elle sert à «verrouiller» le sabre dans le fourreau (saya), à éviter qu'il ne tombe; pour dégainer, l'escrimeur pousse sur la garde (tsuba) avec le pouce pour faire sortir le habaki du saya et pouvoir tirer la lame ;

  • Lame;

  • Nakago : soie, partie insérée dans la tsuka et percée d'un ou deux mekugiana (trou permettant le passage du mekugi);

  • Hitoe : dos de la soie;

  • Mei : signature gravée dans la soie identifiant le forgeron;

  • Yasurime : traits de lime organisés sur la soie, varient selon les écoles;

  • Mune machi : décrochement sur le dos de la lame, marquant le début du dos de la soie (hitoe);

  • Mune : dos de la lame;

  • Bohi : gouttière, permettant d'alléger la lame sans réduire sa résistance, et peut-être ( mais cette hypothèse est controversée) d'éviter l'effet de succion lors de la pénétration ou du retrait de la lame dans les chairs;

  • Yakiba : partie trempée de la lame, formant la ligne de trempe, (hamon). Présente différentes formes : vagues, boîtes, etc;

  • Hassaki : tranchant de la lame;

  • Shinogiji : partie parallèle des flancs, verticale lorsque le sabre est porté à la ceinture ou bien en garde;

  • Shinogi : arête latérale de la lame;

  • Yokote : arête séparant la pointe (kissaki) du reste de la lame;

  • Koshinogi;

  • Mono-uchi : les 9 cm à partir du yokote; c'est principalement avec cette partie que sont effectuées les coupes ;

  • Kissaki : pointe biseautée; elle est séparée du reste de la lame par une arête, le yokote;

  • Sashi omote : lorsque le sabre est porté à la ceinture (sur le flanc gauche, courbure vers le haut), c'est la partie présentée au public ('omote'), la partie côté extérieur; lorsque le guerrier est en garde ('kamae'), c'est le flanc gauche de la lame;
    c'est également ce côté qui est présenté lorsque la lame est sur un présentoir;

  • Sashi ura : lorsque le sabre est porté à la ceinture, c'est la partie cachée ('ura'); lorsque le guerrier est en garde c'est le flanc droit de la lame;

  • Saya : fourreau : il est fait de bois de magnolia qui, bien séché, est absorbeur d'humidité, limitant l'oxydation des lames; il est recouvert de laque traditionnelle (22 couches) d'aspect lisse ou granulé à motif avec ou sans incrustation. Celle-ci avait deux vertus : rendre étanche l'ensemble sabre-fourreau et rigidifier le fourreau fait de magnolia fragile;

  • Koiguchi : entrée du saya;

  • Sageo : cordelette sur le fourreau;

  • Kurigata : petit anneau, pour y attacher le sageo;

  • Shito-dome : bosse sur le fourreau, au niveau de la sageo.

  • Sepa : parties métalliques entre le tsuba et le habaki, ainsi qu'entre la tsuba et la tsuka, guidant la soie (nakago) lors de son insertion dans la tsuka et servant à réduire le jeu inévitable avec le temps entre tsukatsuba et habaki;

  • Tsuba : garde;

  • Tsuka : poignée. Son cœur est constitué de deux coques de bois de magnolia;

  • Fuchi : virole entre le tsuka et le tsuba;

  • Kashira ou tsuka-gashira : décoration au bout du pommeau;

  • Menuki : broche d'ornement sur la poignée qui aide également à la prise en main; elle n'est pas posée au même niveau sur la face 'omote' que sur la face 'ura';

  • Mekugi : goupille de bambou qui fixe la lame à la tsuka ; la soie (nakago) de la lame et la tsuka sont percées, et le mekugi les traverse de part en part;

  • Same-hada ou same-kawa : respectivement peau de requin ou de raie pastenague qui recouvre le bois de la tsuka ; cette peau (contenant de la silice) collée autour ou sur chaque flanc de la poignée servait notamment à l'extrême rigidité de celle-ci;

  • Tsuka ito ou tsuka maki : laçage de tresse spéciale en soie ou coton, ou encore de cuir autour de la poignée, permettant une meilleure préhension et de maintenir les deux coques constituant la tsuka. Il existe différents types de laçage en fonction de l'utilisation du katana : combat, guerre, apparat

 

Lorsque le katana est sur son présentoir, katana kake, il est placé :

  • Dans son fourreau (saya);

  • Tranchant vers le haut;

  • Face publique (omote) visible, tsuka sur la gauche ;

  • À gauche de soi.

     

Le plus souvent, seule la «monture» ou koshirae du sabre est exposée ainsi (tsukatsuba et saya, maintenus ensemble par une lame en bois, le tsunagi). En effet, la lame est souvent rangée dans une monture de protection hermétique en bois blanc, dite shirasaya («fourreau blanc», qui n'est pas destinée au combat).

En temps de paix, le katana se pose sur le présentoir, la tsuka côté gauche, alors qu'en temps de guerre, la tsuka est à droite, ceci afin de permettre une sortie plus rapide du katana en cas de danger.

 

Pour l'entraînement au katana, on utilise cinq types de sabre d'entraînement :

  • le iaito, réplique en métal (un alliage d'aluminium et de zinc), non tranchante, d'un katana; cette déclinaison du sabre japonais est l'outil d'entraînement de prédilection des pratiquants de iaido;

  • le bokken, sabre en bois rigide; c'est une arme en soi. Il est utilisé par les pratiquants de iaido pour des combats, et par les pratiquants d'aïkido et de kendo dans des katas;

  • le suburito, sabre en bois rigide et lourd, destiné à s'entraîner aux coupes dans le vide (suburi) en se musclant;

  • le shinai, formé par des lamelles de bambou maintenues par une gaine de cuir; ce sabre permet de porter des frappes réelles sans danger, moyennant des protections corporelles, et est utilisé par les pratiquants du kendo;

  • le shinken, qui est un katana authentique et aiguisé; il est utilisé principalement pour les coupes, comme dans le batto do et le tame shigiri, contre des cibles constituées de tatamis ou de nattes de pailles roulées. Les hauts gradés (5e dan ou plus) en kenjutsu et en iaido les utilisent pour passer des examens ou effectuer certains katas.

Il existe aussi maintenant des katanas en matériaux modernes, souples et flexibles, permettant de porter des assauts plus virulents sans danger, utilisés en chanbara.

 

Le katana est souvent visible au cinéma, y compris dans la filmographie occidentale. On peut citer 'Soleil rouge' avec Alain Delon, ou bien 'Kill Bill' de Quentin Tarantino, 'Highlander' avec Christophe Lambert, 'le dernier samouraï' avec Tom Cruize, 'les tortues ninjas' dans un autre registre (Léonardo a 2 katanas)... On a aussi des apparitions dans 'Star Trek' ou bien 'Pulp Fiction'... Il y a aussi des apparitions dans des comic books américain, comme dans 'The Walking Dead', et bien sûr, dans les animés 'Bleach', 'One Piece', 'Naruto'...

 

Acheter un katana

 

Objet emblématique très apprécié et décoratif considéré comme un objet d'art dans certains cas, ou élément central de la pratique d'un art martial ancestral

Mais pour quel prix ?


 

Depuis un certain reportage par Arte sur l'art de la forge et le katana japonais, il faut admettre que beaucoup de personnes pensent que le Katana Japonais coûte une fortune voir n'est tout simplement pas accessible. Soyons clair, c'est totalement faux de A à Z, nous allons voir pourquoi... Il faut déjà comprendre une chose, il existe plusieurs types de techniques de forges et de qualité de forge. Si vous allez un jours au japon sur Kyoto principalement , vous verrez que vous pouvez avoir des Katana fait mains pour 200/300 euros en début de game. Moins chers si vous prenez votre katana chez un forgeron ambulant (mais attention dans ce cas là, risque de FAUX). Pourquoi ? Simplement car il existe quelques familles de Katana, familles qui déterminent le prix final et souvent la qualité.

-
Le Katana DU Maitre Forgeron Japonais

 

C'est LE katana comme on peut le voir dans les reportages, forgé par un maitre forgeron avec l'aide d'un ou deux élèves en soutient rarement plus (pour le secret de la technique). Ce type de katana est extrêmement rare, d'une part car le maitre forgeron en forge peu, d'autre part car ils sont très souvent fait 100% à l'ancienne sur toute les étapes de frabrication d'un Katana.
Son prix ? Il n'en a tout simplement pas, si le katana est véritablement fait par un Maitre forgeron reconnu, il sera impossible de le sortir du japon car il est considéré comme trésors national (loi japonaise).
De plus, lorsque le Maitre forge un katana, c'est souvent sur commande sur le mérite et pour une personnalité ou un proche. Le prix n'entre pas en ligne de compte (comme un tableau de Picasso par exemple).

Et qu'en est-il de la qualité du Katana ? Comme vous vous en doutez, elle est excellente mais contrairement à ce qu'on pourrait croire, elle n'est pas parfaite du fait que les anciennes techniques utilisées ne sont pas parfaites. D'ailleurs le Maître est en recherche permanente et cherche toujours à faire mieux. De son propre point de vue certaines pièces sont plus réussies que d'autres et certaines même peuvent ne pas lui donner satisfaction en fin de forge. Par exemple l'acier industriel comporte moins de scories que l'acier fait à l'ancienne, qui rend l'acier industriel de meilleurs qualité et donc forcement la lame plus 'solide' à "forgeage égal" (deux forgerons de même niveau). Pour ce qui est de la technique de forge, il n'y a rien à redire vous vous en doutez et elle fait plus que compenser la différence sur l'acier.

Est-il des lors impossible d'avoir un Katana de maitre forgeron ? Oui ... et non à la foi, le Katana fait par le Maitre oui , mais il peut tout à fait vendre un Katana en son nom , fait dans son école de forge avec la qualité et la réputation de son nom ... ce qui nous amène à notre 2eme Catégorie.


(Katana Yamamoto, 1400 euro +, Technique Damassée)


-Le Katana Japonais 'des forges d'un maître forgeron'

 

Cette catégorie est celle qui intéresse les collectionneurs car elle est accessible et permet d'avoir un véritable Katana japonais, d'excellente qualité, lame signé d'un grand "nom".
Il faut se dire que toute les forges ne le font pas, mais certaines le font , comme par exemple les forges du Maitre Yamamoto ou bien encore celles du Maitre Jetsuaki Ichiro.
Les deux forges ont le même fonctionnement , les maitres forgerons supervisent les élèves forgerons et vérifient bien entendu le rendu de chaque Katana.
Les Katanas seront signés du nom du maitre forgeron, ce qui est considéré comme une marque de qualité surtout au japon, un katana de mauvaise qualité portant le nom de Jetsuaki Ichiro par exemple serait une insulte pour le forgeron et serait TRES mal vu au japon, un déshonneur.

Il est cependant important de signaler que si les katanas sont fait 100% à la main ( pas de presse automatique), l'acier lui est souvent d' origine industriel, ce qui n'est pas un problème pour la qualité (comme expliquer plus haut). Une commande à l'ancienne est possible mais il faudra compter dans les 4000 à 10 000 euro.

Vous l'aurez donc compris, la qualité des Katana sera très bonne, l'équilibre parfait, vous approcherez sans problème le katana d'un maitre forgeron avec même un avantage sur l'acier.

Pour ce qui est du prix, il sera de 400 euro pour le début de gamme, le prix sera en rapport au nombre de plis, travail sur la lame, acier utilisé. Même un modèle bas de gamme à 400 euro pourra cependant être utilisé pour la coupe ou l'entrainement sans risque. Si vous désirez vraiment un modèle de très haute qualité, il faudra voir dans les 1000/1500 euros (pour les exhibitions lors de tournois par exemple). Mais soyons clair , vous ne verrez pas forcement de différence entre le modèle à 400 et celui à 1000 euros, sauf si vous pratiquez depuis déjà quelques années, que vous faites de la coupe régulièrement, voir de la coupe de gros très gros objets.

Ou trouvez un Katana de ce type là ? Hum pas si simple que cela contrairement à ce qu'on peu croire. Pendant les expositions officielles sur le thème du Japon ou lors d'exhibition pendant les concours de forge ( A Paris en 2002 par exemple Yamamoto était présent et à gagné d'ailleurs ), ce qui permet de voir et toucher les objets et d'échanger avec des connaisseurs et des spécialistes. On peut aussi en trouver sur quelques sites spécialisés de renom ou qui travaillent avec des professionnels de renom.

Après vous pouvez en voir parfois sur les sites de petites annonces mais cela est délicat et il y a beaucoup de 'faux'.


Signature Katana

 (Inscription une fois le Katana démonté : Forgeron Yamamoto)



-Le Katana Japonais fait main de "nouveaux" forgerons

Que dire sinon que c'est un pari ! Il vous sera souvent possible de voir en direct la technique du forgeron dans sa "petite forge", ce qui est un point positif, mais attention, cela ne veut pas dire que le katana qu'il vous propose a été forgé 100% à la main pour autant.


Il sera très dur de savoir ce que vaut son Katana sans être véritablement un expert et encore... vous pouvez tomber sur le pire comme le meilleur, et le meilleur étant que ce petit forgeron du coin de la rue un jours passe Maitre. Dans ce cas la, votre katana que vous aurez acheté quelques centaines d'euros vaudra ... très très très chers. Mais rien de sûr, loin de là (même situation avec la peinture).

Je pense que vous l'aurez compris, il est difficile de parler de ce type de forgeron dans la mesure ou vous pouvez tomber sur tout et n'importe quoi. Du mauvais forgeron au futur grand maître forgeron, voir plus simplement, un grand forgeron qui vous fournira un katana d'une qualité exceptionnelle pour moins chers que les katanas de "grandes forges".

Où en trouver ? Difficilement sur internet bien que cela existe.... mais au Japon, un peu partout et Kyoto reste la ville où on en trouve le plus. Le prix ? Très variable ... de 100 euros à quelques milliers d'euros, le prix n'étant pas forcement en rapport avec la qualité de la forge contrairement à la catégorie précédente.

Un pari tout simplement !


-Le Katana Japonais 'made in china'

chine gravure

(Katana chinois d'une forge réputée qui vend énormément sur internet)


-Le Katana 'moulé' et non 'forgé'

Je ne vais pas m'étendre sur cette rubrique dans la mesure ou je ne parlerais pas de technique de forge sur cette page, mais pour faire simple ce type de katana est celui que l'ont trouve un peu partout pour rarement plus de 150 euros.


100% fait pour la décoration , ils peuvent être tranchant mais de médiocre qualité, se brisent au moindre gros choc et ont souvent un équilibre catastrophique. On en trouve partout, sur E-Bay, Amazon , au marché, dans les magasins de souvenirs etc...

Attention : N'utilisez jamais un Katana moulé pour vous entrainer simplement car les fixations de la lame dans la garde (same) sont médiocres et peuvent casser très facilement. Si le mouvement est rapide, la lame peut tout simplement sortir du manche (same) et se planter dans la personne en face. Chose déjà vue en club, heureusement, il n'y avait personne en face.